Les gilets jaunes 1/2

1200px-warnweste_gelb-2

Bonjour à toutes et à tous !

J’ai décidé de faire cette chronique en deux parties. Celle ci sera comme la série de victoire du XV de France, courte, marquante et drôle (enfin en tout cas ça peut prêter à sourire…ou à pleurer. Mais dans mon cas vous devriez sourire, normalement. Sauf si vous êtes vraiment très émotif). Je disais donc en 2 parties. La première aujourd’hui et la seconde… quand j’aurais envie.

Parce que je ne sais pas vous mais j’ai un programme ultra-chargé. Un programme ultra-chargé c’est comme un programme chargé sauf qu’il est comme certains supporters, ultra. Un ultra c’est quoi ? C’est un méga-fan ! Un méga-fan c’est un fan, encore plus fan qu’un fan. Et la ou il y a des fans il y a des… radis !

Petite précision qui a son importance: J’ai commencé à rédiger cette chronique avant les tristes incidents du week-end dernier (dégradations de nombreux sites historiques à Paris et dégradations générales de plusieurs lieux un peu partout en France)

Je suis profondément choqué, déçu et triste de voir la situation dans laquelle est la France. Mon pays, ma patrie, mon sang, ma veine, mon âme (j’en fais un peu trop ?)

Bon comme vous vous en doutez cette chronique sera humoristique.

Parce qu’un grand homme a dit un jour « il y a des choses dont il vaut mieux rire que pleurer »

Parfois on cherche un sujet

Et parfois c’est le sujet qui vous trouve

Vous l’avez vu au titre on va parler petit jaune

Et je ne parle pas d’une boisson alcoolisée

pub-ricard-logo-et-marque

Aujourd’hui:

Les gilets jaunes

À la base, comme dirait ma sœur, les gilets jaunes ça sert à signaler aux autres automobilistes que l’on est victime d’une avarie mécanique.

Un groupe d’individu a décidé de s’en servir pour signaler une avarie dans la mécanique du pays. (ça commence fort en matière de blagounette)

J’aurais bien aimé participer à ce mouvement mais malheureusement mon gilet est orange

C’est vraiment dommage…

J’ai vraiment l’impression de rater quelque chose. J’ai la sensation de passer à côté d’une évolution, d’une avancée, d’une progression, d’un chamboulement, quelque chose de beau et profond dont on parlera encore dans 20 ans.

Oui c’est de l’ironie !

Je préfère préciser avant que M. Premierdegré ne vienne pointer le bout de son nez.

En parlant de nez ! (Une telle maîtrise de la transition…c’est beau. Parce que moi contrairement au gouvernement je maîtrise la transition. Ecologique, économique, tant qu’il y a de l’écho, il y a du répondant)

Il y a eu les bonnets rouges, il a eu les gilets jaunes, il y a eu les foulards rouges. J’ai hâte de voir les chaussettes bleues ou les doudounes roses se révolter ! Et  j’attends avec tout autant d’impatience le retour des sans culottes.

Cette mise au point vestimentaire faites, revenons à notre sujet.

Comme dirait Orelsan avec

le petit jeune du clip, « Tout va bien ». Ou plutôt, tout allait bien…

Et puis c’est partie en sucette. Que dis-je en Chupa-chups !

langfr-280px-chupa-chups-svg

Gilles et John ont décidé de bloquer les ronds points…

Pourquoi ?

C’est une vraie question.

Le 1er problème c’était le prix de l’essence. En quoi empêcher Monsieur X (qui n’est pas un acteur porno même si son nom peut prêter à confusion) d’accéder au centre ville de Thionville va faire baiser baisser le prix du baril ?

C’est une autre question.

Je ne comprends pas comment Gilles et John n’ont pas eu l’idée d’aller bloquer des lieux vraiment important et symbole de la République. Une République En Marche… qui marche pas trop (ahah). Une République En Marche qui boite bas (ahahah) Une République En Marche qui trébuche (AhAhAh !)

Bon je pense que vous avez saisi l’idée (et puis il faut que je garde des jeux de mot pour la suite)

Pourquoi Gilles et John ne se sont pas dit « Si on fait un blocus devant la préf ça fait iéch l’institution et les citoyens peuvent quand même bosser et pas être bloqué comme des cons »

01452834e454a48f30ea220acbe3fc6c-normalement-quoi-sert-le-gilet-jaune
Séverine 34 ans, en recherche d’emploi s’en va sur les remparts sanglants élevés rejoindre ses collègues pour empêcher d’autres citoyens d’être à l’heure au travail qu’ils ont eu du mal à trouver car c’est très compliqué de trouver un travail descend de nos jour, presque aussi compliqué que de faire un plein d’essence sans être à découvert mais ça Séverine elle s’en fout. Pour le moment son objectif c’est de ralentir (sans se faire écraser) les camions et voitures pour dire à leurs conducteurs que le pays va mal et qu’il faut se mobiliser. Ce à quoi le conducteur qui n’est pas con mais peut-être Du QTEUR répondra « écoute ma petite dame t’es bien gentille mais j’ai un boulot laisse moi passer » Séverine voudra répondre mais Bebert aura déjà fermé sa vitre. Fin de l’histoire. Et oui, il n’y a que dans les contes de fées qu’ils se marient et ont beaucoup d’enfants !

Parce que clairement. Voila. Je balance. Claire ment ! Si vous ne le saviez pas, je vous le dit. Claire ne dit pas la vérité.

Pour en revenir à nos moutons, Gilles et John dans notre histoire, ils n’ont peut-être pas saisi la nuance entre ralentir le trafics routier et ralentir le pays tout entier.

Macron à l’Elysée (ça fait un titre sympatoche pour un livre, non ?) il se fiche pas mal que je sois en retard au taf et que mon patron me mette un avertissement.

Alors que si on bloque les lieux qui sont censé faire fonctionner le pays, du type banque, préfecture, mairie (le lieu on l’on se marie avec Marie après lui avoir dit marions-nous) et bien ça lui fait les pieds. Et pour un président qui est En Marche, c’est un comble !

Gilles et John ont eu une idée.

Se révolter contre cette institution qui nous opprime, nous taxe et nous empêche de révéler notre véritable potentiel. Une institution gouvernée par un gouverne qui ment. Une institution aussi vraie que 2 et 2 font 2324234 environ. Une institution aussi fausse que les fesses de Kim K. Une institution qui ne marche pas mais court à sa perte. Une institution qui lit Mandjaro. Une institution qui Rit et qui coud car Kirikou. (vous l’avez ?)

C’est tout pour aujourd’hui.

Rendez-vous en terres inconnues avec Fréderic Lopez le mardi.

Sinon Rendez-vous…bientôt, pour la 2nd partie de cette chronique.

Vous pourrez découvrir en exclusivité une interview de Gilles et John réalisé dans des conditions exceptionnelles.

Bill

3 réflexions sur “Les gilets jaunes 1/2

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s