Interview : Les mots d’Ali

Interview : Les mots d’Ali(t) par Bill Danst

1471360_10201163305024710_1653001346_n

Ali Gutierrez AKA Ali Guti © Bill Danst pour La Plume à Bill

Ali Guti, l’interview XL par Bill Danst

Le mardi 5 septembre 2017

Écrivain, étudiant, apprenti journaliste, rugbyman, humoriste…

Ali est tout ça et un peu plus.

Ce ne sont pas les projets qui lui manquent c’est plutôt le temps.

 

Au cours d’un entretien fleuve, ce jeune homme plein d’optimisme, nous en dit un peu plus sur lui, sa vie, ses passions, ses angoisses, ses attentes et bien sur ses livres.
Originaire des Comores (voir cartes), Ali arrive en France alors qu’il n’a même pas trois ans. Victime d’un double bec-de-lièvre avec fente palatine, il devait d’abord rester le temps de trois opérations.
Mais le destin en a décidé autrement.
Aujourd’hui âgé de 21 ans, ce qui devait être sa famille d’accueil est devenu sa famille adoptive.
Vivant dans un premier temps à Montpellier avec ses parents, ils déménagent dans le Tarn.
Ali fait sa rentrée au CP dans la classe de Mme Duroux, femme du directeur. L’intégration est difficile.
Seul et premier « noir » du petit village de Réalmont, il est victime du racisme de ses petits camarades mais aussi de certains regards des parents.
Heureusement il n’y a pas que du mauvais et Ali ce fait des ami-e-s pour la vie.
Faute de potes d’école c’est au rugby qu’il va trouver une seconde famille.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Alors qu’il a seulement 6 ans et des brouettes il décide de s’inscrire dans le club local.

Le début d’une aventure qui prendra « fin » (comme un symbole) 13 ans plus tard.

En dehors du sport Ali poursuit ses études. Brevet, BAC et…DUT. Obtenu avec ou sans mention, avec plus ou moins de succès, Ali poursuit son bout de chemin.

Souhaitant devenir journaliste, au fil de son cursus, il se rend compte que la tâche n’est pas aisée. Mais déterminé, il tente tout.

D’abord en solo (La minute critique, Selponie) et depuis peu en équipe (Worldzine), en duo (La plume à Bill) ou en collaboration (Les mots d’Ali Tome 2 (sortie en février 2018)), il s’exerce, s’entraine, travaille son expression (orale/écrite).

Durant ses temps libre, depuis ses 15 ans, il prend des notes et écrit des textes.

Il ne sait pas ce qu’il va en faire mais…il écrit, on ne sait jamais.

Aujourd’hui il s’est décidé à publier ses textes et notes dans un livre. Il l’a simplement intitulé Les mots d’Ali(t). Et a ajouté un sous-titre: l’Homme sans C.

 

Pourquoi ce titre ? La réponse et bien d’autres sont dans ce long entretien que nous à accordé Ali.

Bill: Bonjour, merci de nous recevoir.

Ali: Bonjour, avec plaisir. C’est moi qui vous remercie, c’est la deuxième fois que je fais un interview et le premier c’était pour des amis de l’IUT, alors j’ai un peu la pression (rire)

Bill: Ne vous inquiétez pas, ça va bien se passer. Première question: ça fait quoi d’être écrivain ?

Ali: Je ne me considère pas encore comme un écrivain. Quand je pourrai en vivre oui. Mais pour l’instant c’est plus une passion. Un peu comme mes critiques ou mes montages vidéos. J’aime faire ça (écrire) mais je ne le vois pas comme un métier. Dans un métier il y à des contraintes. Pour moi l’écriture c’est un exercice sans contrainte. C’est ou je veux, quand je veux (rire).

Bill: ça prends quand même du temps, non ?

Ali: Oui bien sur, évidemment que ça prends du temps mais ce n’est pas la contrainte numéro un. J’arrive toujours à trouver du temps pour écrire. Même le soir à minuit passé. Ce qui a tendance à agacer ma mère. Non, le plus gros problème c’est que je trouve des idées (de textes) dans des situations ou endroits parfois…gênant ou dans lesquels je ne peux pas les noter.

Bill: Par exemple ?

Ali: L’inspiration me vient souvent quand j’écoute de la musique. C’est à dire en voiture. Et c’est compliqué de prendre des notes. Sur papier c’est…très compliqué et dangereux. Et sur le téléphone c’est illégale et dangereux. Et compliqué.

Bill: Et d’autres situations ?

Ali: Il n’y a pas de situation type. A table, ou devant la télé. Sinon dans des situations de la vie quotidienne. Quand je fais le ménage, la vaisselle, quand j’étends le linge…quand je marche dans la rue (rire).

Bill: Après l’idée, combien de temps il faut pour écrire un texte ?

Ali: ça dépend. ça peut aller de 5mn à plusieurs jours, voir semaines. Tout dépend de l’inspiration. Parfois un texte entier peut me venir en 5mn. J’ai un mot ou une phrase qui me vient. Puis c’est une réaction en chaine. Une rime, plus une rime, plus un jeu de mot et ainsi de suite. Parfois c’est un simple son ou une chanson qui m’inspire. Alors j’écris dessus. En la réécoutant ou, si ce n’est pas possible, en essayant de m’en souvenir le mieux possible.

Bill: En lisant les mots d’Ali ont comprend rapidement que vous aimez jouer avec les mots.

Ali: Tous mes titres de livre sont des jeux de mots. Il y a toujours un double sens. Les mot d’Ali(t), ça donne les modalités mais aussi les mots d’Ali Teh !

« Teh » dans ce contexte ça veut dire « eh pardi » ou « évidemment ».

En fait en cherchant le titre je me suis imaginé un situation ou une personne demanderait à une autre ‘qu’est-ce que tu lis ? » et la personne répondrait « Les mots d’Ali pardi ! » sauf que ça sonnait moche. Mais j’ai quand même gardé l’idée de « les mots d’Ali ».

Quelques jour plus tard j’entends une phrase avec « teh » à la fin. Et la c’est le déclic. Je me dit c’est bon, j’ai mon jeu de mot.

Bill: Pourquoi rajouter l »Homme sans C alors ?

Ali: Parce « Les mots d’Ali » je vois plus ça comme le nom d’une collection ou d’une série. Un peu comme Harry Potter ou Pirates des Caraïbes ou Le Labyrinthe, enfin vous voyez l’idée. Un gros titre et un sous titre.

Bill: Il y aura donc des suites ?

Ali: A la fin de « l’Homme sans C » c’est annoncé, il y aura un tome 2. Et ceux qui suivent la page sur Facebook le savent aussi. Il y aura aussi un tome 3. Et puis voila.

Bill: Une trilogie donc. Vous avez une idée des thèmes, des titres, Pourquoi une trilogie ?

Ali: Les titres oui, ce sera « Les mots d’Ali: Son(t) simple » pour le deuxième et « Les mots d’Ali:C’est fini. » avec toujours le jeu de mot avec le T.

Jeu de mot qu’il n’y aura pas dans le derniers car…c’est le derniers.

Au niveau des thèmes..ça reprendra un peu les mêmes que le précédents mais ils seront beaucoup plus aboutit. Beaucoup plus profond, avec plus de recherche et de références. Plus mature. Plus sérieux. Pas forcement moins drôle au contraire. Mais les textes seront plus fournit.

Ça parlera d’une autre partie de ma vie. Il y aura une rétrospective c’est sur. Sur mon enfance et mon adolescence notamment. Ce sont deux sujets que j’aborde peu dans le premier.

Il y aura bien sur des textes d’amour. Parce que c’est important l’amour.

Et puis il y aura aussi des textes un peu plus engagés, qui parlent de certaines dérivent de la société notamment chez les ados. Un peu comme dans « Porno Z », « C trop » ou « Case départ ».

Des textes qui dénoncent des dérives de notre systèmes. Des textes sur la et les politiques aussi.

Et pourquoi une trilogie ? Parce que j’aime bien le principes. Je trouve que trois c’est bien. Je ne sais pas si après « C’est fini » j’aurai l’inspiration d’en écrire un autre aussi profond.

Bill: D’autres projets de livres ?

Ali: Oui bien sur. J’ai écris un petit roman de science fiction, aventure, aventure jeunesse.. je cherche encore une case précise ou le ranger. En gros ça s’apparente un peu à un comics mais sous la forme d’un roman.

Bill: Il a un titre ? Il sort quand ?

Ali: Il s’appelle FlashBlack et il est sortie début Septembre. Il est disponible sur Amazon, la Fnac et au format numérique. Comme pour « Les mots d’Ali »

Bill: Comment vous est venu l’idée d’écrire un Comics, sous forme de roman ?

Ali: C’est l’influence des films Marvel principalement mais aussi des comics en général. Tous ces univers. ça fait rêver et forcement ça influence l’écriture. Alors à défaut de pouvoir en incarner un à l’écran je l’ai créé. Après je ne veux pas trop en dire. Je vous invite à l’acheter et vous verrez, tout est expliqué en début de livre. Mes influences etc.

Et pour la forme c’est tout simplement parce que je suis très mauvais dessinateur. Et puis j’ai été grand amateur de BD pendant des années mais aujourd’hui je préfère m’imaginer plutôt que l’on me montre. Et je voulais faire travailler l’imaginaire des lecteurs. Cependant si certain-e-s veulent envoyer des dessins, je ferais en sorte de les incorporer dans la suite.

Bill: Ce sera aussi un trilogie ?

Ali: Alors oui et non.

Pour vous répondre je dois vous dire que en plus de FlashBlack, qui est terminé donc, je suis en train d’écrire un autre roman qui s’appelle « Laura Story » et qui sera en lien avec « FlashBlack ».

En gros ce sont deux histoires différentes mais qui se déroulent dans le même univers. La encore c’est Marvel qui m’a influencé. Avec deux histoires, deux « héros » différents, qui partagent le même monde sans le savoir et qui un jour, se rencontrent.

Il y aura aussi deux autres romans en cours de réflexion qui, pareil, seront en lien indirect avec les deux autres. L’idée c’est de créer un univers ou chaque histoire a son histoire mais ou chaque actions a une répercussion, même infime, sur une autre. L’effet papillon.

D’autres projets ?

Ali: Oui. En cours ou à venir. Dans les projets en cours il y a Le Big Mashup sur Facebook. J’ai fais des montages vidéos et tous les vendredi j’en mets une en ligne. Le principe est simple. J’ai pris un clip et j’ai changé la musique. ça existe déjà avec les films et j’ai voulu essayer avec des clips musicaux ou des bandes annonces. Les deux premiers sont en ligne.

Toujours dans les projets en cours, il y a les chroniques depuis le 2 septembre et pour une durée indéterminé.

Il y a les critiques de ciné toujours actives. Je vais essayer d’être plus réguliers.

Dans les projets à venir il y a le re-retour de Selponie sous un format différent et ce devrait être le derniers format. Après avoir essayé plusieurs formules celle-ci me semble être la meilleur.

Et d’autres projets de livres. (voir photo ci-dessous)

 

avenir

Bill: Pour terminer, petit question réponse à la manière de Konbini, sauf que vous pouvez développer.

Rap US / Rap français ?

Ali: Le rap US est un cran au dessus en matière de flow et de musique mais en France on a des artistes formidables. Dans « Les mots d’Ali » je cite DISIZ. C’est un modèle parmi d’autre.

Soprano, Yousoupha, Kerry James, Médine, Maitre Gims mais le vrai, pas Maitre Gimsous qui chante « sapé comme jamais » ou en feat avec JUL, celui qui a écrit « NOIR » et VQ2PQ.

Pareil pour la sexion d’assaut, j’aime le groupe qui a écrit « Avant qu’elle parte », Blood Diamond » en feat avec Sniper ou même « casquette à l’envers ». Il y avait un fond. Un vrai texte profond ou du bon son.

J’aime bien LaFouine, Orelsan, Nekfeu.

Bigflo et Oli c’est de la bombe. J’adorerai écrire une chanson pour eux. D’ailleurs il y a un bout de texte d’un de mes textes du tome 2 qui parle d’eux. Donc bon…Si jamais…En plus ils ne sont pas loin, j’habite à 1h de Toulouse. Récemment j’ai découvert Seth Guecko, Medine et Sofiane/Fianso et j’aime beaucoup.

Depuis Diam’s je trouve que ça manque de référence féminine dans le rap. C’est dommage.

Ces rappeurs ont leurs références et eux sont mes références. D’ailleurs dans le tome deux de mes mots il y a un texte qui leur est consacré.

Bill: -M- / Calogero ?

Ali: Aujourd’hui Calogero. Mais hier -M-. J’aime bien les deux.
Bill: Cinéma: Marvel / DC
Ali: Marvel. Marvel parce que mis a part la trilogie des Batman de Nolan DC ne m’a pas convaincu. Même si dernièrement Wonder Woman m’a beaucoup plus.
Bill: Série: Arrow / Gotham
Ali: Gotham parce que la saison 5 de Arrow était trop poussive par moment.
Bill: Révolution / Candice Renoir
Ali: Révolution. Cette série n’a pas durée assez longtemps. J’étais fan. Du concept, des acteurs, le scénario était parfois bancale, comme toutes séries mais globalement très intéressant.
Bill: Shérif / Caïn
Ali: J’aime bien les deux. Ce serait chouette un cross-over entre ces deux séries. Et pourquoi pas incorporer Candice Renoir et Détective ? C’est l’influence des séries américaines qui me donne cette idée.
Bill: Justement pour revenir aux séries américaines et Marvel: Daredevil / Luke Cage
Ali: Daredevil.
On continue avec des personnalités cette fois.
DILEME/DILEME

Bill: Chloé Moretz/ Camren Bicondova

Ali: Il y a quelques mois j’aurai dit Chloé mais Camren dans Gotham joue bien. Donc match nul.

Bill: Disiz/Soprano

Ali: Depuis que j’ai découvert Disiz je suis fan. Mais Soprano est présent depuis plus longtemps dans ma playlist donc..match nul.

Bill: La Fouine/Booba

Ali: La Fouine

Bill: Barack Obama / Donald Trump

Ali: Barack Obama et Donald Duck

Bill: Vladimir Poutine / Emmanuel Macron

Ali: Macron c’est pas une marque de textile de sport ?

Bill: François Hollande/ Angela Merkel

Ali: J’aime bien la Hollande, enfin surtout les hollandaise. François il a fait ce qu’il a pu avec ce qu’il avait. Il a fait des erreurs mais avec le peu de temps et les attentes énormes ça aurait pu être pire je pense. Il n’avait pas le charisme et la poigne attendu mais il a eu de bonnes idées et de bonnes initiatives.

Bill: Yann Barthès / Cyril Hanouna

Ali: Yann Barthès

Bill: GTA / FIFA

Ali: FIFA

Bill: Bob / Casquette

Ali: Casquette. Je laisse le Bob à Gradur.

Bill: Messi / Clerc

Ali: Vincent Clerc

Bill: Argent / Sexe

Ali: En ce moment j’aurai besoin d’argent

Bill: Porno / Prono

Ali: Prono tant que ça reste gratuit, en rapport avec la question précédente.

Bill: MacDo / KFC

Ali: Trop de Macdo, pas assez de KFC

Bill: Star Wars / Star Trek

Ali: Aucun des deux mais Star Wars

Bill: Stan Smith / Stan Wawrinka

Ali: Wawrinka

Bill: Rodez / Albi

Ali: Rodez c’était sympa mais je connais mieux Albi.

Bill: Qualité / Quantité

Ali: De la qualité en quantité

Bill: Boire / Conduire

Ali: Il faut choisir

Bill: Agir / Penser

Ali: Avant j’étais plus agir et penser. Maintenant j’essaye de penser avant d’agir. Pour éviter d’avoir à panser après.

Bill: Lire / Écrire

Ali: Aujourd’hui écrire.

Bill: Écrivain / Chroniqueur

Ali: L’exercice de la chronique est très intéressant. Mais j’adore raconter des histoires.

Bill: Twitter / Instagram

Ali: Aujourd’hui Instagram.

Bill: Tinder / Uber

Ali: Je n’ai jamais utilisé Uber

Bill: Thé / Café

Ali: T

 

3 réflexions sur “Interview : Les mots d’Ali

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s